Les angines font partie des infections les plus courantes. Il existe désormais un test pour savoir si une angine est due à un virus, et peut guérir spontanément en quelques jours, ou d’origine bactérienne, ce qui nécessite alors un traitement antibiotique.

Qu’est-ce qu’une angine ?

C’est une infection de la gorge qui peut prendre plusieurs aspects.

L’angine « rouge », le plus souvent d’origine virale, se caractérise par un voile du palais et des amygdales rouges, mais pas ou peu volumineuses. Elle se guérit souvent rapidement et sans complications avec l’aide d’un traitement local antiseptique et antalgique (pastilles, collutoire, gargarismes).

L’angine « erythémato-pultacée », en général d’origine bactérienne (le plus souvent due à un streptocoque A), se signale par des points blancs sur un fond rouge dans la gorge, ainsi que des amygdales et des ganglions gonflés et douloureux. La personne a du mal à avaler, est fatiguée et a souvent une forte fièvre. Cette forme d’angine impose une consultation médicale et souvent un traitement antibiotique pour éviter des complications. L’angine à streptocoque est moins fréquente chez l’enfant de moins de 4 ans (qui fait en revanche beaucoup de rhino-pharyngites virales ne nécessitant pas d’antibiotiques) et est également rare au-delà de 60 ans.

L’angine a souvent un aspect trompeur et il est difficile de distinguer une angine virale d’une angine bactérienne à streptocoque par le simple examen clinique. Parfois, il existe simplement une douleur à la déglutition, d’où l’intérêt d’une preuve biologique, grâce au test.

Comment soigne-t-on une angine ?

Jusqu’à présent, en France, 9 millions d’ordonnances d’antibiotiques étaient prescrites pour des angines, alors que seulement 2 millions d’entre elles justifiaient ce type de prescription, les antibiotiques n’étant efficaces que pour les angines virales.

Pour éviter toute complication (scarlatine, rhumatisme articulaire aigu, glomérulonéphrite, cardiopathies…), notamment chez l’enfant, le médecin trouvait donc plus prudent, jusqu’à l’apparition du test de l’angine, de prescrire un antibiotique…

Qu’est-ce que ce test ?

Mis au point il y a près de 30 ans, le Streptotest ou Test de diagnostic rapide (TDR) est enfin disponible en médecine libérale. Il s’effectue en quelques minutes : le médecin fait un prélèvement de mucosité sur les amygdales, indolore, à l’aide d’un écouvillon (une sorte de grand coton-tige). Ce prélèvement est ensuite mis sur une bandelette qui est plongée dans le réactif contenant l’anticorps. Si l’antigène streptococcique est présent, un trait violacé apparaît en quelques minutes sur la bandelette. Le médecin sait alors qu’il lui faut prescrire un traitement antibiotique. Si rien ne se produit, il évite à son patient un traitement parfaitement inutile et inefficace.

Ce test est gratuit pour le médecin comme pour le patient, l’Assurance maladie prenant intégralement en charge le coût de ce dispositif. La consultation médicale reste au tarif habituel. Le Streptotest a été généralisé à l’ensemble de la France à l’issue d’une expérience concluante menée pendant deux ans en Bourgogne : le test y a permis de diminuer de moitié les prescriptions d’antibiotiques liées aux affections ORL, pour le plus grand bien des patients et des comptes de l’Assurance maladie.